Périodes
Types de vestiges

En 2005, un diagnostic archéologique a été requis dans le secteur de Croaz Dom Herry à Saint-Nicolas-du-Pélem en relation avec le projet de zone commerciale. Il a révélé des vestiges divers, confirmés par la fouille préventive de 2006 : tumulus, carrières, tombelles, cairn.

Grande première en centre Bretagne !

Les restes très arasés d’un cairn ont été entièrement fouillés et étudiés entre 2007 et 2008. Son état très altéré ne permettait pas une conservation ou une restauration dans des conditions idéales. En conséquence, il a été décidé de le démonter minutieusement et d’en étudier les caractéristiques techniques, chronologiques et stratigraphiques.

Construit suivant un axe nord-sud, le cairn mesure 20 m de long sur 8 m de large et les quatre chambres funéraires s’articulent dans une structure de plan quadrangulaire. Le monument fait partie des cairns allongés à multiples dolmens à couloir et chambre simple de plan circulaire. Hormis le cairn de Saint-Thois localisé à une dizaine de kilomètres au sud-ouest, la découverte de ce type de vestige est inédite pour le centre Bretagne, les sites connus de la région se trouvant sur le littoral.

Une architecture raisonnée

Le cairn a connu quatre étapes de constructions : préparation du terrain avec élimination du sol végétal, creusement des fosses de fondations pour accueillir les dalles de granite bordant verticalement les chambres et mise en place des moellons de schiste maçonnés à sec. Le sol des couloirs et des chambres est dallé, opération effectuée durant la phase d’érection des fondations.

Les murs internes des quatre chambres sont composés de pierres verticales de granite beige en alternance avec des pierres horizontales de schiste gris-bleu foncé. Cette mixité des matériaux suggère un caractère symbolique, en plus de l’esthétique générée. Trois des sépultures ont des divisions internes marquées par des blocs de granite, et certaines de leurs extrémités sont rehaussées d’une banquette.

Un site multiple

Peu de mobilier a été retrouvé durant les campagnes de fouilles ; seulement 33 pièces et aucun ossement. Parmi elles, datant de la fin du Moyen-Âge, des tessons se trouvaient dans une fosse creusée lors de la destruction du cairn.

Huit perles en roche gris-vert se trouvaient dans une chambre funéraire, une autre a été trouvée à l’extérieur, certainement déplacée durant la phase de destruction. Vestiges d’un probable collier, leurs tailles sont très petites : 3,8 mm à 6 mm de diamètre pour une perforation de 1 à 2 mm. Un vase à paroi fine et lisse a été mis au jour au pied de la façade est du cairn. En position d’origine. Il marque la fin de l’utilisation du cairn à la fin du Vème millénaire avant notre ère.

Les datations par le radiocarbone effectuées sur huit charbons trouvés dans les carrières voisines et le cairn indiquent que ces sites sont contemporains. Deux datations sont plus récentes (IIIème millénaire avant notre ère et 1er siècle après J.-C.) et sont probablement dues à une perturbation médiévale lors de la destruction du cairn.

Dom Herry, Contre vents et marées, Tinévez
Dom Herry, plan d'étude, L. Quesnel
Dom Herry, position du mobilier retrouvé, L. Quesnel
Dom Herry, Tinévez
Dom Herry, avec un peu d'imagination, Tinévez
Dom Herry, détail d'un mur, Tinévez
Dom Herry
Dom Herry, cruche, Tinévez

Propriété privée : site inaccessible au public

  • R. Jousseaume et L. Laporte, Monuments funéraires néolithiques dans l’ouest de la France, dans Origine et développement du mégalithisme de l’ouest de l’Europe, Colloque international du 26 au 30 octobre 2002, éd. Musée des Tumulus de Bougon, 2006, pp. 319-343
  • J.-Y. Tinévez [dir.], Le cairn de Croaz Dom Herry et ses carrières de schiste (Saint-Nicolas-du-Pelem), Gallia Préhistoire, n°54, 2012, pp. 191-238