L'avion Québec Oscar utilisé par Maurice Gautier lors de ses prospections aériennes. Cliché M. Gautier
Méthode de prospection
Prospection aérienne

La prospection :

La prospection est une activité à part entière de l’archéologie et constitue de très loin la première origine de découverte de sites archéologiques. Ainsi, en Bretagne, près de 10 000  sites, soit un peu moins de la moitié du corpus recensé à la carte archéologique, ont été découverts dans le cadre d’une prospection. Cette activité moins connue du grand public que la fouille archéologique est, comme cette dernière, soumise à autorisation de l’Etat. Il est ainsi interdit de chercher des sites archéologiques intentionnellement sans en avoir fait la demande et obtenu une autorisation auprès de la Direction Régionale des Affaires Cultures (DRAC), Service Régional de l’Archéologie (SRA). Il arrive régulièrement que de nouveaux sites soient découverts par hasard par des promeneurs ou des agriculteurs au gré de promenades ou de travaux agricoles, il s’agit alors de découvertes fortuites.

La prospection archéologique peut s’effectuer de différentes manières, en mettant en œuvre des moyens et des méthodes variés.

 

La prospection aérienne :

Définition :

La prospection aérienne consiste à repérer par l’observation à basse et moyenne altitude des traces dans les zones dégagées du paysage pouvant être l’expression de la présence d’un site archéologique.  L’utilisation de l’avion permet d’avoir une vue d’ensemble des  sites et surtout de couvrir des espaces importants.

Principe :

L’activité humaine laisse dans le sous sol, plus ou moins profondément, des traces qui restent invisibles la plus part  du temps mais qui peuvent se révéler à certaines périodes de l’année et  dans certaines conditions.

Ces traces correspondent le plus souvent à des vestiges archéologiques enfouis comme des fossés ou des murs mais il peut également s’agir de vestiges archéologiques très fortement arasés, comme un tumulus par exemple, et qui génèrent un léger bombement imperceptible sur le plancher des vaches.

Les indices révélateurs :

Selon leur nature et le moment de l’année, la manière dont ces vestiges apparaissent peut varier.

Les plantes : les traces révélées par les végétaux sont appelées indices phytographiques.

La croissance des plantes est l’expression directe  des perturbations présentes dans le sous-sol.

mur.jpg

Croissance différentielle de végétaux en présence de structures maçonnées dans le sous-sol. Dessin  J.-C. Meuret
Croissance différentielle de végétaux en présence de structures maçonnées dans le sous-sol. Dessin J.-C. Meuret
                                               

fosse.jpg

Croissance différentielle de végétaux en présence de structures en creux remblayées dans le sous-sol. Dessin  J.-C. Meuret
Croissance différentielle de végétaux en présence de structures en creux remblayées dans le sous-sol. Dessin J.-C. Meuret

 

Un fossé creusé à l’époque gauloise par exemple va retenir, dans son comblement, plus facilement l’humidité,  que la terre qui se situe de part et d’autre de son tracé. A son aplomb, les plantes vont pousser plus haut et plus vigoureusement que celles situées à des endroits ou l’épaisseur de terre végétale est moindre.

A l’inverse, à l’endroit ou se trouvent enfouis des vestiges de maçonneries ou de fondations arasées, les végétaux situés à l’aplomb vont avoir une croissance plus faible, car l’épaisseur de terre végétale et l’humidité sont inférieures à celles  rencontrées de part et d’autre du mur.

Dans les prairies, l’emplacement des murs apparaît en négatif dans l’herbe qui se dessèche à leur emplacement.

Ce sont les périodes de sécheresse qui en, provoquant un stress hydrique aux végétaux, vont amplifier la croissance  différentielle  de ceux-ci et permettre leur lecture depuis l’avion.

Les espèces végétales, selon la profondeur de leur enracinement, leur période d’ensemencement, leur date de maturité vont révéler les vestiges à des moments de l’année différents. Ainsi pour le centre Bretagne, les céréales, comme l’orge ou le blé, « parlent » début juillet, alors que pour les prairies il faut attendre la mi-juillet pour repérer les anomalies caractéristiques. Quant aux maïs, qui ont pris une place importante dans les systèmes de cultures, ils livrent des différences de teintes ou des microreliefs surtout à la fin août.

landeleau_necropole058.jpg

Pipriac (35). Site de la Bentinais. Vue du sol de la croissance différentielle des maïs. Cliché M. Gautier
Pipriac (35). Site de la Bentinais. Vue du sol de la croissance différentielle des maïs. Cliché M. Gautier

landeleau_necropole056.jpg

Augan (56). Villa du Binio. Visualisation des murs d'un es batiments de la villa sur herbe rase. Cliché M. Gautier
Augan (56). Villa du Binio. Visualisation des murs d'un es batiments de la villa sur herbe rase. Cliché M. Gautier

 

 

 

 

 

 

 

L’humidité : les traces révélées par l’humidité sont appelées indices hydrographiques

st-guen._kermain.jpg

St-Guen (22). Kermain. Indices hydrographiques sur sols nus révélant un enclos de forme ovale. Cliché Maurice Gautier
St-Guen (22). Kermain. Indices hydrographiques sur sols nus révélant un enclos de forme ovale. Cliché Maurice Gautier

A l’automne, ou au printemps, lors de pluies  importantes après des semailles, alors que les terres cultivées sont encore nues, le sol absorbe l’eau de manière différentielle. L’humidité est plus persistante aux endroits ou se trouvent des fossés et inversement disparait plus facilement à l’emplacement des murs.

Pour voir ces indices hydrographiques, il faut réaliser les observations tôt le matin, avant que le soleil en réchauffant les sols n’efface ces traces très fugaces. La recherche de ce type d’indices est très peu utilisée en Bretagne mais elle offre des potentialités, notamment pour le département du Finistère, actuel parent pauvre de l’archéologie aérienne bretonne.

 

 

 

 

 

Les microreliefs : ces microreliefs sont appelés des indices topographiques.

landeleau_necropole059.jpg

Indices microtopographiques observées en lumière rasante. Cliché M. Gautier
Indices microtopographiques observées en lumière rasante. Cliché M. Gautier

Ils correspondent à des vestiges, jadis en élévation, que les labours n’ont pas encore complètement nivelé. Pour les détecter, on vole plutôt le soir en utilisant la lumière rasante du soleil qui va éclairer ou ombrager ces indices topographiques en fonction de leur exposition.Les critères d’apparition de ces différents indices  imposent de la part du prospecteur aérien une bonne connaissance du territoire qu’il  étudie afin d’optimiser ses plans de vol selon les pratiques agricoles  de tel ou tel secteur. De bonnes conditions météorologiques sont également nécessaires pour obtenir les clichés les plus significatifs possibles. Bien souvent, les conditions optimales de prospection correspondent à 2 ou 3 semaines  par an.

 

L’analyse des données : Les indices photographiés durant les campagnes de   prospection nécessitent une analyse critique une fois revenu sur la terre ferme. Avant d’être validés comme sites archéologiques et être déclarés à la carte archéologique, il faut évacuer un certain nombre de leurres comme les fossés de parcellaires modernes présents sur le cadastre du XIXème siècle et disparus à la suite des travaux connexes de remembrement.

Un contrôle sur le terrain, dans le cadre d’une prospection pédestre, est  intéressant. Cependant, la présence de mobilier archéologique  ne permet pas toujours de dater ces très nombreuses clôtures arasées, vues d’avion, que l’on désigne par le terme générique d’enclos.  Les artefacts recueillis témoignent seulement de l’occupation du site à un moment donné.

La seule détection aérienne à basse altitude, pratiquée depuis une trentaine d’années  en Bretagne, a tout de même permis  d’enrichir la carte archéologique de plus de 6 000 sites archéologiques. Avec le développement de l’archéologie préventive, un bon nombre d’entre eux a fait l’objet d’une fouille archéologique qui a permis de les dater précisément.

Un travail sur la typo-chronologie  de ces enclos est actuellement en cours  à la demande du Service régional de l’archéologie. Le principe est de faire une typologie de tous ces enclos et ensuite de comparer chaque type  défini avec des plans de sites fouillés afin de leur attribuer une chronologie. Ce travail permettra à la fois d’analyser cette  considérable masse de données accumulée depuis un quart de siècle et du même coup d’enrichir la carte archéologique.

D'excellents photographes

Les prospecteurs aériens sont aussi d'excellents photographes. Ainsi, au cours de leurs vols entre la déouverte de  deux  indices phytographiques, ils s'attardent parfois au-dessu de sites déjà connus, prinicpalement en élévation, pour nous en offir des vues du ciel inédites et spectaculaires.

saint-gilles.jpg

Saint-Gilles-Pligeaux (22). Menhir de Kergornnec, vue du ciel. Cliché M. Gautier
Saint-Gilles-Pligeaux (22). Menhir de Kergornnec, vue du ciel. Cliché M. Gautier
Ferme enclose de Kergolen à Plussulien. Cliché M. Gautier
Ferme enclose de l'âge du fer et ses 2 cimetières. Cliché M. Gautier
Voie Carhaix-Coz Yaudet à  Toul-an-Roudou en Poullaouen. Cliché M. Gautier
Villa de Kergaravat à Motreff. Cliché M. gautier
habitat de l'âge du Bronze à Lestrou en Glomel. Cliché M. Gautier
Plusieurs enclos emboités à Goëz-Halec sur Plounévez-Quintin. Cliché M. Gautie
Motte de Kerimerc'h à Saint-Nicolas-du-Pélem.Cliché M. Gautie
Saint-Gilles-Pligeaux (22). Menhir de Kergornnec, vue du ciel. Cliché M. Gautier
St-Guen (22). Kermain. Indices hydrographiques sur sols nus révélant un enclos de forme ovale. Cliché Maurice Gautier
Camp de Saint-Symphorien. Reconstitution 3D. image Y. Menez, L. Stephanon
Paule
Côtes-d'Armor
De la famille à la cité : les évolutions de l'habitat de Paule du 6e au 1er siècle avant notre ère
Saint-Igeaux
Côtes-d'Armor
Deux prospecteurs bénévoles de la région s’entraident depuis quelques années, l’un dans les airs et l’une au sol. C’est ainsi qu’en 2002, Maurice Gautier signale à Claudine Bernard un enclos probable dans la parcelle d’un champ de Saint-Igeaux. Sur place, C.
Paule, reconstitution d'une coupe en verre à partir d'un fragment trouve pendant la fouille.Cliché J. Le Gall de l'enceinte de Brécilien. DessinChristian Jegou
Paule
Côtes-d'Armor
Les fouilles menées sur l’habitat fortifié gaulois de Saint-Symphorien ont révélé la présence d’une occupation médiévale bien marquée sur le territoire de Paule. En remontant le captage d’une source, les archéologues ont découvert les vestiges d’une chapelle du haut Moyen Âge.
Laniscat
Côtes-d'Armor
Une erreur. Une heureuse erreur qui a permis de trouver une puis deux, pour finir avec 547 pièces de monnaie gauloise. Cette découverte s’est déroulée durant le chantier de fouilles de sauvetage en 2007 à Laniscat avant la construction de la route RN 164 vers Gouarec.