Périodes
Types de vestiges

Une erreur. Une heureuse erreur qui a permis de trouver une puis deux, pour finir avec 547 pièces de monnaie gauloise. Cette découverte s’est déroulée durant le chantier de fouilles de sauvetage en 2007 à Laniscat avant la construction de la route RN 164 vers Gouarec. Le dépôt monétaire se trouvait au niveau des vestiges d’une ferme de l’Âge du Fer.

Des statères à terre

Les pièces se trouvent être des statères ou des quart de statère, monnaies gauloises composées d’or, d’argent et de cuivre. Les différentes figurations frappées sont attribuables à un peuple en particulier : celui des Osismes.

Peuple dont la réputation a longtemps été tronquée par les écrits de Jules César qui a fait la part belle aux Vénètes, les Osismes occupent la partie occidentale de l’Armorique. Les frontières exactes des tribus gauloises sont mal connues et la découverte de ce dépôt monétaire donne de précieuses informations.

Sur les 547 monnaies retrouvées, 57 sont des statères composés à 18% d’or et le reste en quantité variable d’argent et de cuivre. Les représentations, bien que typiquement Osismes, comportent des variantes inédites propres au dépôt de Laniscat. Leur étude permet d’affiner le classement des monnaies Osismes, mais également de supposer que leur production et leur émission s’est fait dans un laps de temps court et sur une aire géographique proche.

 

Les experts du passé. Ep. 13 : Le trésor d’Armorique, réal. C. reynaud, INRAP, 2014

Farm family

Rosquelfen se trouve dans la partie est du territoire Osisme, à la frontière avec celui des Vénètes et des Coriosolites. Cependant, le site dans lequel les monnaies ont été trouvées n’est pas un habitat fortifié à la manière de celui de Paule ou de l’oppidum de Huelgoat.

Dans cette ferme aristocratique gauloise, le fossé et le talus qui le suit ne semblent être présents que pour montrer la puissance de ses occupants. Aucune trace de fortification en tant que telle n’a été trouvée. Occupée dès le IIIème siècle avant notre ère, l’exploitation agricole de Laniscat connait de grands remaniements vers – 50. Ces derniers consistent à la création de deux enclos imbriqués, dont le plus petit abritait 18 greniers de stockage.

L’habitat d’origine va se développer et devenir un petit bourg qui sera actif jusqu’au IIème siècle de notre ère. L’enfouissement du trésor est effectué lors des remaniements sur le site, mais il reste difficile de déterminer s’il a eu lieu juste avant ou après. La quantité des monnaies suggère un statut social élevé du propriétaire, certainement grâce à la revente judicieuse des céréales qu’il pouvait stocker. Leur présence montre qu’en revanche il n’a pu les récupérer pour des raisons inconnues

Rosquelfen, Vue aérienne du site, G. Leroux, 2007
Rosquelfen, Poussiéreuses, rouillées et uiques, H. Paitier, 2007
Rosquelfen, Un tas de statères, H. Paitier, 2007
Âge du fer, Statère gaulois de Rosquelfen
Image de quizz, Rosquelfen, Photo:  D. Gliksman
Rosquelfen, Chevauchant aux quatre vents, H. Paitier, 2007
Rosquelfen, Mon petit poney, H. Paitier, 2007
Rosquelfen, Quart de statère tête, H. Paitier, 2007

Propriété privée.

Site inaccessible au public.

P. Abollivier, Numismatique et archéologie en Armorique occidentale à la fin de l’âge du Fer : le monnayage des Osismes, éd. COMMIOS, Saint-Germain-en-Laye, 2009

S. Nieto-Pelletier, B. Gratuze et G. Aubin, « Le dépôt monétaire de Laniscat (Côtes-d’Armor) : 547 monnaies gauloises en or de bas titre », dans Proceeding of the XIVth International Numismatic Congress Glasgow, éd. Holmes N., Glasgow, 2009, pp. 1217-1225

France Culture, Le salon noir, « L’or des gaulois du bout du Monde (les Osismes des Côtes-d’Armor) », émission de radio du 9 janvier 2008 avec Y. Ménez, disponible en podcast.