Périodes
Types de vestiges

Deux prospecteurs bénévoles de la région s’entraident depuis quelques années, l’un dans les airs et l’une au sol. C’est ainsi qu’en 2002, Maurice Gautier signale à Claudine Bernard un enclos probable dans la parcelle d’un champ de Saint-Igeaux. Sur place, C. Bernard découvre du mobilier archéologique et contacte le Service Régional de l’Archéologie de Bretagne.

De nombreuses trouvailles

De 2002 à 2005, le site de Kerboar a fourni un grand nombre de mobilier lors des fouilles effectuées par Yves Ménez, Muriel Fily et Maréva Gabillot. De plus, après chaque labour, C. Bernard, ayant l’autorisation du propriétaire et de l’Etat, prospectait le site et signalait toute nouvelle découverte.

Le premier dépôt est constitué de 84 fragments d’épées en bronze qui, reconstitués, correspondent notamment à sept épées entières et d’autres presque complètes. Elles étaient disposées autour d’un chaudron en tôle de bronze fortement abîmé dans sa partie supérieure. Constitué de trois tôles rivetées entre elles, il appartient au chaudron de type atlantique que l’on connaît notamment en Angleterre et en Irlande.

Un autre dépôt voisin a quant à lui livré des haches à talons et un marteau en bronze. A proximité, un fragment torsadé en or est découvert ainsi que des tessons de céramique, des déchets de fonderies et du mobilier lithique. Le fin dépôt de charbon de cette fosse a fourni une datation radiocarbone entre 1 400 et 1 000 ans notre ère.

Révision des savoirs

Une des particularités du site de Kerboar a été d’être étudié dans son contexte et d’avoir pu faire l’objet d’une fouille par des spécialistes. De plus, l’enfouissement d’un chaudron dont la réalisation à l’époque était onéreuse en temps et en matériaux, n’est pas anodin. Cette découverte apporte des éléments quant à l’hypothèse d’un dépôt rituel, et non d’un dépôt de simple réserve de métal pour des besoins ultérieurs.

La présence même de ce chaudron de faciès atlantique dans un dépôt datant du début du Bronze final permet de dater son apparition sur notre territoire. Avant sa découverte en 2002, il était admis que ce type de chaudron avait été élaboré à la fin du Bronze final.

Ces éléments amènent à suggérer que le site de Kerboar était un lieu où des rituels précis, dont nous ne connaissons pas la nature, sont accomplis. Le nombre de dépôts dans un même champ, la disposition des objets avec les épées autour du chaudron et le chaudron lui-même, alimentent cette hypothèse de dépôts rituels. Le site a par la suite été réoccupé par une ferme gallo-romaine.

Hellez
Hellez
Chaudron de Saint-Igeaux  en cours de fouille. Cliché Y. Menez

Propriété privée.

Site inaccessible au public.

S. Blanchet, « L’âge du Bronze : au-delà des cairns et du métal »

M. Fily, « Le Bronze final I en Bretagne : le site à dépôts de Saint-Igeaux dans les Côtes-d’Armor (Bretagne). Opérations réalisées en 2002 », dans Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, Bulletin n°1, 2004, pp. 4-6

M. Gabillot-Pelletier, «Le site du Bronze final I de Saint-Igeaux (Côtes-d’Armor, Bretagne) ; premiers résultats », dans Association pour la promotion des recherches sur l’âge du Bronze, Bulletin n°1, 2004, pp. 7-9