Guémené-sur-Scorff. Entrée du Château des Rohan. Cliché CPA
Périodes
Types de vestiges

La famille des Rohan est le principal lignage du centre Bretagne au Moyen Âge. La démonstration de son pouvoir se traduit par la construction de châteaux que l’on retrouve à Josselin, Corlay, Pontivy, Priziac ou encore Guémené-sur-Scorff.

De Guégant à Rohan 

Le château primitif de Guémené, anciennement Quémenet-Guégant c’est-à-dire le fief de Guégon, fut peut-être érigé aux environs de 1050 par Guégon de la Roche. Fils de Periou, constructeur du château de la Roche-Périou en Priziac, il est issu de la lignée des comtes de Cornouaille par son grand-père, Benoît évêque-comte de Cornouaille, et de celle des évêques de Vannes par sa grand-mère. La position de Guémené est stratégique car elle se trouve à la frontière du diocèse du Vannetais et celui de Cornouaille.

Vers la fin du XIIème siècle, le château et la seigneurie de Guémené sont aux mains de la famille des Rohan s’est faite au XIIIème siècle. Différentes modalités permettent à l’époque d’obtenir les terres d’un rival : la conquête militaire, le mariage ou un partage. Jusqu’au XIVème siècle, se succèdent différents propriétaires. Le domaine est définitivement racheté en 1377 par Jean Ier de Rohan, époux de Jeanne de Navarre.

Défensif et confortable

Durant le Moyen Âge et l’époque moderne, la Bretagne a connu plusieurs conflits : la guerre de Succession de Bretagne (1341-1364), les conflits armés avec le royaume de France (1488-1491), la Ligue (1588-1598).

Les nombreuses enceintes fortifiées qui parsèment le territoire et les dépôts monétaires sont autant de preuves de l’insécurité qui pouvait régner durant le Moyen Âge. Les châteaux en sont une autre et celui de Guémené connut plusieurs transformations. Son rôle premier est certes défensif, avec ses tours, ses remparts et ses créneaux, mais il devait également être confortable pour ses nobles occupants.

Malgré les transformations pour le rendre plus agréable, il n’en reste pas moins imposant avec une superficie de 2 hectares. Aux côtés « des Bains de la reine », se dressent d’imposantes murailles et logis modernisés au XVIème siècle ; ils ont accueilli diverses garnisons. En 1860, un château moderne est construit au centre de l’ancienne place-forte : c’est l’actuelle mairie. Les ruines anciennes sont lentement démantelées et exploitées comme carrière entre 1926 et 1930.

Guémené-sur-Scorff. Entrée du Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff. Entrée du Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff. Entrée du Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff. Entrée du Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff. Entrée du Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff. Tour du Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff.  Château des Rohan. Cliché CPA
Guémené-sur-Scorff.  Château des Rohan. Cliché CPA

Propriété publique : accessible au public.

  • L. Jeanneret, L’habitat fortifié et fossoyé dans le Vannetais et le Porhoët : étude de la structuration des pouvoirs et du peuplement au Moyen Âge (Xème-XIIIème siècle), thèse soutenue en 2016, Rennes 2.
  • P. Kernévez, Les trois vies du château de Guémené, dans Des artisans gaulois aux citoyens morbihannais. 2500 ans d’histoire, actes du colloque de Guémené-sur-Scorff 29-30 avril 2011, éd. Des Montagnes Noires, Gourin, 2013, p. 119-134.
  • F. Morvan, Les hommes d’armes du Centre-Bretagne durant la guerre de Succession de Bretagne, dans Les mémoires du Kreiz Breizh, 21, 2012, p. 8-12.
  • L. M. de Villeneuve, Le château de Guémené « splendeur et décadence », éd. Y. de Brunhoff, Gourin, 2010.