Châteauneuf-du-Faou, Kastellic. Vestiges de la tour est du château. Cliché A. Provost
Périodes
Types de vestiges

Vestiges du rempart entourant le château fort implanté sur une terrasse de 250 m de longueur pour 40 à 50 m de largeur. Des pans de murs en schistes appareillés ainsi qu'une tour d'angle sont conservés sous la végétation, sur un partie de l'éperon rocheux dominant d'une trentaine de mètres l'Aulne et un ruisseau affluent. La forteresse était en ruines dès 1440. La Commune de Châteauneuf-du-Faou s'est récemment portée acquéreur des bâtiments situés sur l'éperon afin de sauvegarder et de valoriser les remparts médiévaux.

La cité doit son nom à un château bâti avant 1186, date à laquelle il fut assiégé et pris par Guyomarch et Hervé de Léon en révolte contre Henri II Plantagenêt. On ignore qui fut son constructeur : il semble plus qu'incertain qu'il soit l'oeuvre d'un vicomte de Faou comme plusieurs auteurs l'ont affirmé. Châteauneut était située dans la vicomté de Poher qui appartint aux vicomtes de ce nom entre le début du XIIème siècle et le début du siècle suivant avant d'être incorporée au domaine ducal.

Le château occupait l'extrémité d'un éperon rocheux qui domine d'une trentaine de mètres la rivière l'Aulne dont il commandait le passage. Il s'élevait sur une terrasse  mesurant plus de 250m de longueur pour 40 à 50m de largeur. On n'en distingue plus aujourd'hui que quelques pans de murs et les vestiges d'une tour d'angle à l'est.

La forteresse était en ruine dès 1440 quand le Duc Jean V autorisa Jehan Le Prat à agrandir la chapelle Notre-Dame-des-Portes. La chapelle a été rebâtie; elle est précédée d'un placître à l'ouest et domine une ancienne école ou l'on a autrefois observé des vestiges d'habitations.

La ville qui s'étend sur le plateau à l'Ouest de l'ancienne forteresse comprenait une église paroissiale et une chapelle dédiée à Saint-Michel. Elle présente toutes les caractéristiques d'un bourg castral dont l'histoire reste méconnue.

Patrick Kernevez