Périodes
Types de vestiges

D’une hauteur de 7 m hors-sol, le menhir de Goresto 1 ou « Coz-Resto » compte parmi les pierres levées les plus imposantes du département des Côtes d’Armor.

Inscrit à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis le 22 juillet 1969, il aurait été frappé par la foudre d’après Gaultier du Mottay, auteur du Répertoire archéologique du département des Côtes du Nord en 1885. Sa nature granitique à gros grains identique au socle rocheux (granite porphyroïde du massif de Quintin) indique probablement une extraction locale parmi les nombreux blocs erratiques parsemant les crêtes. Avec une base quadrangulaire de 2 m pour ses faces nord et sud pour 1 m d'épaisseur, le poids de cette grande dalle peut être estimé à plus de 25 tonnes. Autour de sa base émerge un massif de moellons de granite assurant son calage en fondation et son équilibre.

Situation fréquente mais pas exclusive pour ce type de monument, le menhir occupe une position naturelle dominante, en surplomb de la haute vallée du Sulon, affluent du Blavet, et en possible co-visibilité avec le menhir de Kergornec en Saint-Gilles-Pligeaux localisé à 1,5 km au nord. Le mégalithe de Goresto 1 est également à mettre en relation avec les deux petites pierres levées -Goresto 2- localisées à mi-pente à quelques 200 m au sud-ouest.

Contemporaines des dolmens et allées couvertes, ces pierres dressées ont été érigées durant le Néolithique, entre 5000 et 2000 ans avant notre ère, période du développement de l’agriculture et de l’élevage, de la sédentarisation des populations et de l’émergence des grandes constructions en bois ou en pierres.

Menhir de Goresto, Canihuel
Menhir de Goresto, Canihuel
Goresto, Canihuel
Goresto, Canihuel
Goresto, Canihuel
Goresto, Canihuel
Goresto, Canihuel
Menhir de Goresto, Canihuel
Goresto, Canihuel

Propriété privée.